Accueil > الأخبار

Les journalistes sahraouis, cible du gouvernement marocain d'occupation

Les journalistes sahraouis, cible du gouvernement marocain d’occupation

Toutes les versions de cet article : [عربي] [français]

20 septembre 2014

Depuis l’adoption de la dernière résolution 2152 du Conseil de Sécurité de l’Onu du 29 avril 2014 soulignant l’importance de « renforcer la promotion et protection de la liberté d’expression au Sahara Occidental (…) » occupé, les autorités marocaines d’occupation ont au contraire multiplié leurs mesures répressives contre les journalistes et les photographes sahraouis dans les territoires occupées du Sahara Occidental.

Dans les derniers mois, plusieurs événements sont à déplorer.
Le 4 juillet 2014, la police marocaine a arrêté le journaliste Mahmoud Al-Lhaissan, correspondant de la télévision nationale sahraouie à El Aaiun occupée après qu’il ait diffusé un reportage sur une manifestation pacifique sahraouie revendiquant l’indépendance du Sahara Occidental
La manifestation avait été organisée suite à un match de football Algérie-Allemagne, lors de la Coupe du monde de football au Brésil, le 30 juin précédent.

El Haissan avait alors subi 48 heures d’interrogatoire assorti de mauvais traitements et tortures de puis avait été placé en détention. Depuis son incarcération, El Haissan est continuellement la cible de l’administration pénitentiaire. Le 18 septembre, il a entamé une grève de la faim illimitée avec 6 autres prisonniers politique pour protester contre les restrictions, en particulier après que le toit de leur cellule soit tombé le 13 septembre après-midi alors qu’ils étaient à l’extérieur.
Les chefs d’accusation contre El Haissan sont : “attroupement armé”, “obstruction de la voie publique”, “agression sur des fonctionnaires dans l’exercice de leurs fonctions” et “dégradation de biens publics”.

Le 13 septembre, ce sont 3 cameramen de l’Equipe Média et un journaliste du réseau d’information activistes qui ont été enlevés à bord d’une voiture civile conduite par le Pacha d’ El Aaiun occupée.
Les trois journalistes d’EM, Mohamed Saleh Zerouali , Mohamed Khouna Lmbarki et lafkir Laghdaf ont été interrogés sur leurs activités médiatiques avant d’être relâchés 8 heures après.
Zerouali, le chef de service des cameramen de l’Equipe Média, a pu identifier quatre officiers qui l’ont torturé pour obtenir des informations sur l’organisation de l’Equipe Mé
dia. Zerouali qui souffre d’une maladie cardiaque est tombé évanoui sur le sol. L’interrogatoire n’a été suspendu que le temps qu’il revienne à lui.
Haddi du réseau d’information activiste a lui été relâché après 48h de retenue pour interrogatoire, soit le 15 septembre.

En mai, Mohamed Kheer, journaliste de l’équipe media n’a pas eu l’autorisation de renouveler sa carte d’identité dans des conditions plutôt discriminatoire.
Le 15 mai 2014, il est allé au commissariat délivrant les cartes d’identités prés de la place Dechira. Alors le commissaire l’a informé qu’il était recherché par la police et qu’il fallait attendre une voiture qui le conduirait à la préfecture. Conduit à la préfecture dans une Renaut 19 banalisée, il est resté pendant 5 heures sans interrogatoire. Des officiers sont ensuite venu pour le frapper puis l’informer qu’il était privé de carte d’identité et d’un éventuel passeport s’il avait eu l’intention d’un demander un. Kheer a demandé quelles accusations étaient portées contre lui et à être déféré devant la cour pour y être jugé, mais sans résultat. Les policiers l’ont ensuite forcé à quitter la préfecture.
و

EM, Sahara Occidental occupé
Le 20 septembre 2014

Commentaries

Audiovisuel

Plus d'actualités