Accueil > الأخبار

 EM. Une perpétuité ne pourra occulter les 200 millions de dollars annuel du phosphate volé

EM. Une perpétuité ne pourra occulter les 200 millions de dollars annuel du phosphate volé

Toutes les versions de cet article : [عربي] [English] [Español] [français]

9 juin 2017

Lundi 5 juin 2016, le procès des prisonniers politiques sahraouis du groupe Gdeim Izik s’est ouvert devant la cour d’appel de Salé. Les militants sahraouis pour l’indépendance et le respect des droits mais aussi les avocats de la défense par leur absence, protestent contre ce procès inique, dont les premières audiences ont eu lieu le 26 décembre 2016 après plusieurs mois de reports.

Le 6 juin dans l’espace autorisé aux manifestations sahraouies, entouré du brouhaha de sonos marocaines, les amis du condamné à perpétuité Sid Ahmed Lemjayed affirmait leur soutien et leurs revendications, parmi 80 autres manifestants.

Sur les panneaux on pouvait lire : "Agrium shame on you", "Le phosphate est sahraoui, il est à notre peuple"

Sid Ahmed Lemjayed est président du CSPRON, comité de soutien au plan de paix et de protection des ressources naturelles au Sahara Occidental.

Interrogé, Mohamed Jaaim, secrétaire général de CSPRON a affirmé : "je dénonce le pillage systématique des ressources naturelles au Sahara Occidental par le Maroc et ses complices, en particulier le phosphate, élément indispensable dans l’agriculture mondiale.

Sid Ahmed a été condamné à perpétuité parce qu’il a pris position politiquement, et non pour des actes qui n’ont jamais été prouvés.

Nous avons créé le CSPRON en 2005 et depuis cette date et même avant il affirme que l’occupation de notre pays a pour but le pillage de nos ressources naturelles, et que c’est totalement illégale parce que nous ne sommes pas d’accord. Voila pourquoi il a été condamné si lourdement. Le noeud du problème est là, la volonté de s’approprier nos ressources et notre refus catégorique.

Nos pancartes saluent aussi le gouvernement d’Afrique du Sud qui a arrêté une cargaison de phosphate sahraoui représentant environ 6 millions de dollars, et va juger le 9 juin de sa propriété. Ce navire allait vers la Nouvelle Zélande pour une coopérative qui s’appelle Ballance Agri-Nutrients. Un autre navire d’une cargaison similaire a été arrêté à Panama, lui allait vers le Canada, pour la compagnie Agrium. Ces seuls deux navires valent probablement 12 millions de dollars. Par comparaison le Programme alimentaire Mondial donne l’équivalent de 7,9 millions de dollars pour les campements de réfugiés où survivent nos familles.

Nous, le peuple sahraoui, nous ne sommes pas des mendiants pourtant et nous pourrions vivre en paix sans demander d’aide à personne si nous étions libre sur notre terre."

Jaaim est un ancien employé de Phosboucraa. Il a été envoyé vers le Maroc en 2006 en raison des ses activités syndicales.

Selon l’Observatoire international des ressources du Sahara Occidental, WSRW, le phosphate extrait de la mine sahraouie de Boucraa par l’OCP marocain représente 200 millions de dollars pour l’année 2016. L’Onu et, en décembre dernier, la cour de justice européenne, ont dit clairement que les phosphates et tout autre ressource du Sahara Occidental, renouvelable ou non, ne sont utilisables qu’à la condition de la consultation et l’accord du peuple sahraoui.

Équipe Média, El Aaiun, Sahara Occidental occupé

Le 7 juin 2017

Commentaries

Audiovisuel

Plus d'actualités